RT 2020 : ce que vous devez retenir

La France fait partie des mauvais élèves en termes de consommation d’énergie par habitant. La réglementation RT 2020 entend bien changer la donne, et vous allez devoir vous y conformer.

Votre constructeur de maison RT2020 en Bretagne Woodz a déjà eu l’occasion d’évoquer le sujet, mais cette fois-ci, nous souhaitons davantage entrer dans les détails. Comme vous le savez, la prochaine réglementation thermique RT 2020 sera obligatoire à partir de fin 2020, voire début 2021. Cette dernière a pour but de réduire la consommation énergétique des nouvelles constructions. Comment répondre à cette nouvelle réglementation ? Des frais supplémentaires sont-ils à prévoir ?

RT 2020 : piqûre de rappel quant à la nouvelle réglementation thermique

En 2020, en France, la consommation moyenne d’énergie par habitant est toujours trop élevée. La RT 2020, qui entrera bientôt en vigueur, a pour objectif de garantir la réduction de la consommation énergétique des nouvelles constructions. De plus, contrairement à la RT 2012, la RT 2020 ne se concentre pas uniquement sur la dimension thermique des bâtiments. En effet, elle intègre également un autre aspect crucial : la production d’énergie.

Les nouvelles constructions devront donc être capables de produire de l’énergie ; c’est d’ailleurs pour cela que l’on dit qu’elles seront « à énergie positive ». Les Bâtiments à Énergie Positive (BEPOS) seront basés sur le principe des maisons passives, c’est-à-dire des habitations dont la consommation énergétique au mètre carré est très basse, et qui incluent également des équipements capables d’assurer la production d’énergie.

Ce que la RT 2020 changera pour vous concrètement

Les BEPOS utiliseront des matériaux de construction plus respectueux de l’environnement et plus performants sur le plan énergétique. Toutefois, ces matériaux sont peu répandus. Il s’agit de la ouate de cellulose, du chanvre, de la roche volcanique, du béton en pierre ponce ou encore du liège. Le prix de tels matériaux est plus élevé que les matériaux classiques. On estime d’ailleurs que le coût de fabrication d’une maison à énergie positive est 5 % à 10 % supérieur au prix d’un bâtiment de construction classique.

En outre, il est attendu des habitations répondant à la norme RT 2020 qu’elles répondent à trois grands critères : premièrement, ces maisons devront avoir une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/an, deuxièmement, elles devront avoir une consommation totale d’énergie primaire inférieure à 100 kWh/m²/an (soit moitié moins que pour la RT 2012), enfin, elles devront produire une énergie renouvelable pour avoir un bilan énergétique passif ou positif.

Pour ce faire, la maison à énergie positive devra être équipée d’une éolienne, d’une hydro-turbine ou de panneaux photovoltaïques. Rassurez-vous, le surcoût que représente l’investissement dans de tels appareils sera vite amorti avec une maison de type BEPOS !

Pour en savoir plus:
Internorm pour des fenêtres haut de gamme

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous assurer la meilleure expérience. En savoir plus et gérer les paramètres.